Message d'erreur

You are accessing Revue Études Inuit Studies using an unencrypted connection. For your security, Revue Études Inuit Studies only supports account logins using a secure protocol such as HTTPS. You can switch to HTTPS by trying to view this page again after changing the URL in your browser's location bar to begin with "https" instead of "http". Please contact site admin for help if this error continues.

La langue de leurs coeurs : Lien entre les émotions et le choix de la langue dans les interactions entre les parents et leurs enfants dans un village yupik

In the Language of Their Hearts: Emotions and Language Choice in Child-Parent Interaction, Insights from a Yupik village
Pages: 171 - 205
Auteur(s) / Author(s): Daria Morgounova Schwalbe
Résumé:

Dans les recherches liées au choix de la langue et aux changements et à la préservation des langues minoritaires, le facteur de l’émotion est souvent écarté au profit de l’étude du contexte social des relations interpersonnelles, des politiques linguistiques et pédagogiques, des comportements et compétences linguistiques ainsi que des agendas politiques de la société. Pour autant, le langage humain est saturé d’idéologie, de phénomènes empiriques éprouvés esthétiquement, caractérisés par des dynamiques complexes mais aussi liés à des identités, des morales, des esthétiques et épistémologies personnelles et de groupe. Là où les émotions négatives d’ordre moral (comme la honte) peuvent mener certains à l’abandon de leur première langue, les langues d’héritage peuvent être perçues comme « plus émouvantes », et l’enjeu de leur disparition et de leur conservation est profondément sensible. En m’appuyant sur Pavlenko, Cavanaugh et Ahmed, je discute dans cet article du rôle des facteurs liés à l’émotion – des répertoires affectifs (affective repertoires) et de l’émotivité linguistique ressentie (perceived language emotionality) – dans le choix de langues des parents autochtones de Tchoukotka afin de comprendre les interactions humaines et le potentiel de l’environnement local dans l’acquisition des langues d’héritage par les enfants. Je montre que l’émotivité linguistique ressentie est un aspect négligé, et pourtant important, de l’apprentissage des langues d’héritage et de leur pérennisation. Cet article ne s’intéressera pas à la transformation des corps en objets d’émotion (par exemple, « celui qui fait honte »), mais plutôt à l’interaction entre les émotions et les phénomènes multilingues : comment la langue et les formulations sont utilisées pour toucher les individus, produire des émotions, des liens, des sentiments d’égalité et d’authenticité.

Abstract:

In studies of language choice and minority language shift and maintenance, attention is frequently given to factors other than emotions: social context of contact, language politics, linguistic competence and attitudes, educational policies, and political agendas in a society. Yet human language is ideologically saturated, aesthetically experienced empirical phenomena, characterized by complex dynamics and linked to group and personal identities, morality, aesthetics, and epistemology. While negative moral emotions (e.g., shame) may lead people to abandon their first language, heritage languages may still be perceived as “more emotional,” and their loss and maintenance is a deeply emotional matter. Drawing on Pavlenko, Cavanaugh, and Ahmed, I discuss the role of emotion-related factors—affective repertoires and perceived language emotionality—in language choice of native Chukotkan parents, as a way of understanding human interactivity and the potential of the local environment for children’s acquisition of their heritage languages. Perceived language emotionality, I argue, is an important yet often overlooked aspect of heritage language sustainability and learning. The focus of this article is not on how bodies are transformed into objects of emotions (e.g., “the shamed one”), but on interplay between emotions and multilingual phenomena: how language and wordings are used to move people, to produce affects, attachments, equalities, and authenticities.