Identité inupiaq et langue inupiaq: L'une suppose-t-elle l'autre?

Inupiaq identity and Inupiaq language: Does one entail the other?
Pages: 249 - 257
Auteur(s) / Author(s): Lawrence D. Kaplan
Résumé:

À mesure que le monde des Inupiat se transforme, leur sentiment d'appartenance à un groupe particulier se transforme lui aussi. Alors qu'autrefois, l'identité devait être basée sur la famille étendue et ce que certains appellent nations, il existe maintenant de nombreux fondements de l'identité qui s'entrecroisent les uns avec les autres. Ces fondements comprennent le lieu d'origine et les relations parentales, de même que les pratiques culturelles et la langue. Parce que les jeunes générations n'ont plus l'inupiaq comme langue maternelle, le rôle de la langue comme marqueur identitaire change lui aussi. Même si plusieurs aînés considèrent la maîtrise de la langue autochtone comme un symbole d'identité inupiaq, les jeunes doivent utiliser d'autres caractéristiques pour s'auto-définir. Cet article examine le rôle variable de la langue dans la définition de l'identité inupiaq, en s'intéressant à la fois à l'inupiaqtun et à l'anglais rural d'Alaska.

Abstract:

As the world of the Inupiat changes, so does the sense of belonging to a particular group. Where traditionally identity must have been based on extended family groupings and what some call nations, there are now numerous bases for identity which cross-cut each other. Critical factors include place of origin and kinship, as well as cultural practices and language. Because younger generations no longer speak Inupiaq as their first language, the role of language as an identity marker is also changing. Although many older people see fluency in the Native language as a shibboleth of Inupiaq identity, younger people necessarily look to other characteristics in defining themselves. This article looks at the question of the changing role of language in Inupiaq identity, both as Inupiaqtun and Village English are concerned.