«Un champ d’étude privilégié»: Marcel Mauss et l’anthropologie structurale à Leiden

“A privileged field of study”: Marcel Mauss and structural anthropology in Leiden
Pages: 51 - 71
Auteur(s) / Author(s): Jarich Oosten
Résumé:

L’anthropologie structurale à Leiden fut très inspirée par Mauss et le groupe de L’Année sociologique. Cet article se penche sur le dévelopment du concept théorique du «champ d’étude anthropologique» qui joua un rôle important dans le mouvement structuraliste de Leiden. Sa définition dérive du célèbre Essai sur les variations saisonnières des sociétés Eskimos de Mauss. J.P.B. de Josselin de Jong et P.E. de Josselin de Jong l’ont développé en outil conceptuel pour l’étude comparative de l’archipel indonésien. Au début des années 1980, cette méthode fut appliquée à l’étude anthropologique de l’Afrique du Sud et à l’étude comparative de la mythologie indo-européenne. Depuis 1986, elle a aussi été utilisée pour résoudre des questions centrales à l’étude comparative de la culture inuit. Cette approche ne cherche pas essentiellement les similarités et les généralisations, mais plutôt les homologies, variations et transformations. Sous ce rapport, elle correspond à la valorisation des différences culturelles par les Inuit eux-mêmes. Plus de 100 ans après avoir été développé par Mauss pour expliquer la morphologie des sociétés inuit, le champ d’étude anthropologique est donc aussi riche et satisfaisant qu’à ses débuts.

Abstract:

Structural anthropology in Leiden was very much inspired by Mauss and the Année sociologique group. This paper focuses on the development of the “field of anthropological study” (FAS) that played an important role in the history of the structuralist movement in Leiden. Its definition was derived from the famous essay Seasonal Variations of the Eskimo by Mauss. J.P.B. de Josselin de Jong and P.E. de Josselin de Jong developed it into a conceptual tool for the comparative study of the Indonesian archipelago. In the early 1980s, the method was applied to the anthropological study of South Africa and to the comparative study of Indo-European mythology. Since 1986, it was also applied to solve core issues in the comparative study of Inuit culture. The FAS approach does not look primarily for similarities and generalisation, but for homologies, variations and transformations. In this respect, it corresponds to the valorisation of cultural differences by Inuit themselves. More than 100 years after it was developed by Mauss to explain the morphology of Inuit societies, the field of anthropological study still proves to be as rich and rewarding as ever.