Le contrôle des chiens dans trois communautés du Nunavik au milieu du 20e siècle

Control of dog populations in three Nunavik communities in the mid-20th century
Pages: 149 - 166
Auteur(s) / Author(s): Francis Lévesque
Résumé:

Le contrôle des chiens des Inuit par les autorités fédérales et provinciales au Nunavik fait l’objet d’un vif débat depuis plus d’une décennie. Depuis 1999, la Société Makivik accuse le gouvernement canadien et le gouvernement québécois d’avoir orchestré l’abattage des chiens du Nunavik dans les années 1950 et 1960 afin de favoriser l’assimilation des Inuit à la société canadienne. Pour leur part, les gouvernements d’Ottawa et de Québec ainsi que leurs corps policiers respectifs — Gendarmerie royale du Canada (GRC) et Sûreté du Québec (SQ) — nient catégoriquement avoir appliqué une politique d’élimination des chiens qui aurait eu pour objectif d’imposer un mode de vie nouveau aux Inuit. Cet article traite du contrôle des chiens au Nunavik durant cette période à partir d’événements survenus dans les communautés de Kuujjuaraapik, Puvirnituq et Kangirsujuaq.

Abstract:

For over a decade, there has been emotionally charged debate over past efforts by the provincial and federal authorities in Nunavik to control the Inuit dog population. On the one hand, Makivik Corporation has claimed since 1999 that the federal and provincial governments had established a dog slaughter policy in Nunavik in the 1950s and 1960s as a way to facilitate assimilation of Inuit into Canadian society. On the other hand, both governments, the Sûreté du Québec (Quebec Provincial Police), and the Royal Canadian Mounted Police categorically deny having carried out such a policy with a view to imposing a new lifestyle on the Inuit. This article attempts to shed light on the fate of Inuit dogs in Nunavik during this period by looking at events in three settlements: Kuujjuaraapik, Puvirnituq, and Kangirsujuaq.