Souvenirs yup'ik de chamanes du passé

Present Yup'ik recollections of past shamans
Pages: 229 - 244
Auteur(s) / Author(s): Ann Fienup-Riordan
Résumé:

Cet article met l'emphase sur les orateurs yup'ik contemporains et leurs descriptions du chamanisme. Durant les années 1970, le chamanisme était rarement discuté en public, alors qu'aujourd'hui, commentaires et débats sur le chamanisme foisonnent dans les programmes scolaires, les expositions et même les offices religieux. Les témoignages cités font ressortir les différences d'attitudes envers les chamanes, hommes et femmes, maintenant considérés comme des «scientifiques ancestraux» et des guérisseurs détenant des pouvoirs divins, alors qu'autrefois, on les considérait comme des serviteurs du diable. Même si de telles prises de position ne témoignent pas, en elles-mêmes, d'un renouveau du chamanisme (plusieurs Yupiit sont des catholiques, moraves ou orthodoxes dévôts), elles sont l'indice d'un changement. De nos jours, plusieurs Yupiit sont en train de réévaluer leur passé chamanique et de le présenter publiquement comme un héritage dont ils sont fiers.

Abstract:

This paper focuses on contemporary Yup'ik orators and their descriptions of shamanism. In the 1970s shamanism was rarely discussed in public, whereas today comments and debate about shamanism flourish in school programs, museum exhibits, and even church services. Quoted statements highlight differences between current attitudes toward both male and female angalkut, as "the scientists of our ancestors" and healers empowered by God, and past presentations of angalkut as servants of the devil. Though such statements do not in themselves evidence a revival of shamanism by Yup'ik people, many of whom are devoutly Catholic, Moravian, and Russian Orthodox, they do indicate change. Today many Yup'ik people are actively reevaluating and publicly presenting the past role of the angalkut as a point of pride in their heritage.